X

Rédiger votre avis

1 2 3 4 5

Assurances

L’assurance emprunteur n’est pas obligatoire mais exigée par les banques, ce afin de se garantir du non remboursement du prêt par l’emprunteur. L’assurance emprunteur permet la sécurisation et la protection de l’emprunteur et de sa famille, selon les quotités choisies.

L’emprunteur a alors le choix de proposer sa propre assurance via une délégation, ou d’accepter l’assurance « groupe » proposée par la banque. Nos accords négociés avec nos partenaires en « délégation d’assurance » nous permette de vous apporter une solution  adaptée en fonction de votre situation personnelle et professionnelle, en effet, il peut en effet s’avérer dans certains cas que  l’assurance proposée ne permette pas de valider le projet financier, la délégation d’assurance peut être la solution en permettant de diminuer le ratio d’endettement. Il convient d’étudier chaque cas individuellement, les banques ayant en effet des assurances groupe de plus en plus compétitive.

Les différentes assurances :

DECES

L’assurance décès permet de garantir le remboursement total ou partiel du capital restant dû selon la quotité d’assurance souscrit. Cette garantie protège les héritiers et la famille de l’emprunteur qui ne sont pas dans l’obligation de s’acquitter des dettes du prêt immobilier. Le bien après réglement de la succession, appartient aux héritiers.

 

PTIA (Perte Totale et Irréversible de l’Autonomie)

Indissociable de la garantie décès.L’assuré est en PTIA lorsqu’il se trouve à la suite d’une maladie ou d’un accident, médicalement dans l’impossibilité absolue et définitive de se livrer à une occupation ou à un travail quelconque lui procurant gain et profit et si son état l’oblige, en outre, à recourir à l’assistance d’une tierce personne pour accomplir les actes ordinaires de la vie.
Comme pour la garantie décès le capital restant dû est payé à la banque.

 

ITT (Incapacité Temporaire de Travail)

Est considérée en I.T.T une personne totalement incapable d’exercer son activité, pendant une période temporaire et ininterrompue, par suite d’accident (toute atteinte corporelle décelable) ou de maladie (toute altération de l’état de santé). s’applique si l’assuré à un taux d’incapacité supérieur à 66% (sous preuve d’un certificat médical) temporairement ou définitivement, selon le barème de la sécurité sociale.

Lorsque l’assuré est en arrêt médical et après un délai de carence (franchise) généralement de 90 jours, les échéances du prêt et les primes d’assurances sont prises en charge par l’assureur à compter du 91ème jour.

Aucune distinction n’est faite entre un salarié de droit commun et un intermittent du spectacle. La prise en charge des échéances du prêt dépend de la quotité souscrite. Plusieurs niveaux de franchise sont possibles, 15, 30, 45 ou 60 jours, non négligeables pour les TNS (commerçants / artisans) ou professions libérales. Nous étudierons la solution la plus adaptée.

 

IPT (Invalidité Permanente Totale)

Est considéré en IPT l’assuré qui se trouve à la suite d’une maladie ou d’un accident, dans un état physique ou mental le mettant dans l’impossibilité totale, permanente et présumée définitive de se livrer à un travail ou à une occupation susceptible de lui procurer gain ou profit.

S’applique si l’assuré à un taux d’incapacité supérieur à 66% (sous preuve d’un certificat médical), selon le barème de la sécurité sociale.

Cette garantie permet :
- le paiement des échéances jusqu’à la fin du prêt pour une grande majorité des contrats
- le paiement immédiat du capital restant dû dans de rares contrats

 

IPP (Invalidité Permanente Partielle)

S’applique si l’assuré à un taux d’incapacité compris entre 33% et 66% (sous preuve d’un certificat médical) temporairement ou définitivement, selon le barème de la sécurité sociale.

Garantie trop souvent négligée, elle permet à l’assuré invalide avec un fort taux d’handicape ne lui permettant plus d’exercer son activité avec le risque de perdre son emploi et une reconversion professionnelle difficile de voir son échéance partiellement prise en charge par l’assurance, lui évitant l’aggravement de sa situation financière.

Cette assurance ne peut être souscrite qu'en complément d'une garantie IPT, qu'elle vient renforcer pour les cas d'incapacité compris entre 33 et 66%.